Pro Musica
Ensemble choral Sainte-Foy-La-Grande

Accueil > Concerts > Oeuvres > "As torrents", "Linden Lea", "The dark eyed sailor", "The long day closes", (...)

"As torrents", "Linden Lea", "The dark eyed sailor", "The long day closes", "The lowlands of Scotland", "The morning star" et "The sycamore tree", paroles, traductions et vidéos

vendredi 16 décembre 2016, par Hélène

Paroles, traductions et vidéos pour ces chants traditionnels anglais et écossais : As torrents in summer, Linden Lea, The dark eyed sailor, The long day closes, The Lowlands of Scotland will ne’er be my hame, The morning star et The sycamore tree. ProMusica aura la joie de vous les interpréter pour le concert de juin 2017.

As torrents in summer :
As torrents in summer, half dried in their channels, suddenly rise, tho’ the sky is still cloudlesss. For rain has been falling. Far off at their fountains ; so hearts that are fainting grow full to o’erflowing, And they that behold it, marvel, and know not that God at their fountains far off has been raining !

Comme des torrents en été :
Comme des torrents, en été, à moitiés taris dans leurs lits croissent soudain alors que le ciel est sans nuage, car la pluie est tombée au loin, dans leurs fontaines ; de même, les cœurs qui faiblissent se gonflent au point de déborder
et ceux qui sont concernés s’étonnent et ne savent pas que c’est Dieu qui, au loin, dans leurs fontaines a apporté la pluie !

As torrents in summer

Linden Lea :
Within the woodland, flow’ry gladed, by the oak trees’ mossy moot, the shining grass blade timbershaded, now do quiver underfoot ; and birds do whistle overhead, and water’s bubbling in its bed ; and there for me, the apple tree do lean down low in Linden Lea.
When leaves, that lately were aspringing, now do fade within the copse, and painted birds do hush their singing, up upon the timber tops ; and brown leav’d fruits aturning red, in cloudless sunshine overhead, with fruit for me, the apple tree do lean down low in Linden Lea.
Let other folk make money faster ; in the air of dark room’d towns ; I don’t dread a peevish master, tho’ no man may heed my frowns. I be free to go abroad, or take again my homeward road, to where, for me, the apple tree do lean down low in Linden Lea.

Le Bosquet des tilleuls :
Dans la profondeur des forêts, des clairières fleuries, près des chênes aux pieds moussus, les brins d’herbe luisants, ombragés par les arbres frémissent à présent sous nos pieds ; et les oiseaux sifflent au-dessus de nos têtes, et l’eau bouillonne dans son lit ; et là, pour moi, le pommier s’incline bas dans le Bosquet des tilleuls.
Lorsque les feuilles, qui paraissent encore printanières, se fanent à présent dans le taillis, et les oiseaux aux multiples couleurs baissent le ton de leurs chants, perchés au sommet des branches ; et les fruits aux feuilles brunâtres virent au rouge, sous le soleil sans nuage. Avec des fruits pour moi, le pommier s’incline bas dans le Bosquet aux tilleuls.
Laissons les autres gagner rapidement de l’argent, dans l’air des villes aux pièces sombres ; je n’ai pas à craindre un maître grognon, et sans que personne ne puisse voir mes froncements de sourcils. Je suis libre de partir ailleurs, ou de reprendre le chemin de ma maison, où, pour moi, le pommier s’incline bas dans le Bosquet aux tilleuls.

Linden Lea

The dark eyed sailor :
It was a comely young lady fair, was walking out for to take the air. She met a sailor all on her way ; so I paid attention to hear what they did say.
Said William, "Lady, why walk alone ? The night is coming and the day near gone". She said, "while tears from her eyes did fall, it is the dark-eyed sailor that is proving my downfall. It’s two long years since he left this land ; he took a gold ring from off my hand. We broke the token, here’s part with me, and the other lies rolling at the bottom of the sea.”
Then half the ring did young William show, she was distracted midst joy and woe. “Oh welcome, William, I’ve lands and gold for my dark-eyed sailor so manly true and bold.”
Then in a village down by the sea, they joined in wedlock and well agree. So maids be true while your love’s away, for a cloudy morning brings forth a shining day,

Le marin aux yeux sombres :
C’était une jeune fille fraîche et accorte qui se promenait pour prendre l’air ; elle rencontra un marin sur son chemin. Alors, dit William, « je fis attention à ce qu’ils disaient ».
- Madame, pourquoi marcher toute seule ? La nuit vient, le jour s’en va !
Elle dit, les larmes lui tombant des yeux :
- C’est un marin aux yeux sombres qui est responsable de ma ruine. Deux longues années sont passées depuis qu’il a quitté le pays. Il a retiré une bague en or de ma main, nous l’avons rompue en deux et voici la partie que j’ai conservée tandis que l’autre roule, gisant au fond de la mer.
William lui montra l’autre moitié de la bague. Elle fut ébranlée de joie et de peine.
- Oh, bienvenue, William, j’ai des terres et de l’or pour mon marin aux yeux sombres !
Alors dans un village au bord de la mer, ils furent unis par les liens du mariage.
Ainsi, mesdemoiselles, soyez fidèles pendant que votre amoureux est au loin,
Car un matin brumeux est le prélude d’une journée ensoleillée !

The dark eyed sailor

The long day closes :
No star is o’er the lake,its pale watch keeping, The moon is half awake, through gray mist creeping, the last red leaves fall round the porch of roses, the clock hath ceased to sound, the long day closes.
Sit by the silent hearth in calm endeavour, to count the sounds of mirth, now dumb for ever. Heed not how hope believes and fate disposes : shadow is round the eaves, the long day closes.
The lighted windows dim are fading slowly. The fire that was so trim now quivers lowly. Go to the dreamless bed where grief reposes ; thy book of toil is read, the long day closes.

La longue journée s’achève :
Pas d’étoile sur le lac, faisant sa pâme ronde de nuit, la lune est à moitié éveillée, à travers une brume grise rampante. Les dernières feuilles rouges tombent autour des rosiers du porche. L’horloge a cessé d’émettre tout son, la longue journée s’achève...
Asseyez- vous près de l’âtre silencieux en vous efforçant d’être calme pour compter les sons gais, muets pour toujours à présent. Ne faites pas attention à l’espoir qui a la foi car c’est le destin qui en décide ; l’ombre se glisse au rebord du toit, la longue journée s’achève.
La clarté des fenêtres faiblit lentement, le feu qui était si vif baisse et frémit à présent. Va dans ton lit dépourvu de rêves où repose le chagrin ; tu as achevé la liste de tes labeurs, la longue journée s’achève.

The long day closes

The lowlands o’ Scotland :
The lowlands o’ Scotland will ne’er be my hame, tho’ fresh and fair is the gowany lea, the lowlands o’ Scotland will ne’er be my hame, it will ne’er be like my ain countrie.
In the lowlands o’ Scotland nae hills are seen rising wi’ snaw-white taps sae hie, and the heather is burnt, and the rose it is fa’en, that bloomed sae sweet in my ain countrie.
The lowlands o’ Scotland will ne’er be my hame, and there’s no a hame on earth for me, the clans are a’ broken and I am alane, thinking upon my ain countrie.

Les régions de la Basse Écosse :
Les régions de la Basse Écosse ne seront jamais mon « chez moi ». Malgré la fraîcheur et la beauté alentour, ce ne sera jamais comme mon propre pays. On y voit des collines qui s’élèvent avec leurs sommets blancs de neige, mais la bruyère est ici « cendrée » alors qu’elle poussait, si fraîche, dans mon propre pays. Et il n’y a plus sur terre de « chez moi ». Les Clans sont dispersés et je suis seul, pensant à mon vrai pays, me souvenant de mon « chez moi ».

The lowlands o’ Scotland

The morning star :
Now the bright morning star, day’s harbinger, comes dancing from the East, and leads with her the flowery May, who from her green lap throws the yellow cowslip and the pale primrose.
Hail, bounteous May, that doth inspire mirth and youth, and warm desire ; woods and groves are of thy dressing, hill and dale doth boast thy blessing.
Thus we salute thee with our carly song, and welcome thee and wish thee long.

L’étoile du matin :
A présent, l’étoile du matin, annonciatrice du jour, arrive de l’Est en dansant, guidant avec elle la fleur de Mai, déversant de la basque de son vêtement vert la primevère jaune et le coucou.
Salut, Mai généreux ! Toi qui inspires allégresse et jeunesse et chaud désir ! Les bois et les bosquets tu as vêtus. La colline et le vallon sont glorifiés par ta bénédiction. Ainsi nous te saluons par notre chant matinal et nous t’accueillons et te souhaitons un long mois de mai !

The morning star

The sycamore tree :
As I sat under a sycamore tree, I looked me out upon the sea on Christ’s Sunday at morn. I saw three ships a-sailing there, Jesu, Mary and Joseph they bare on Christ’s Sunday at morn. Joseph did whistle and Mary did sing, and all the bells on earth did ring for joy our Lord was born. O they sail’d into Bethlehem ! Saint Michael was the steeresman, Saint John sat in the horn.And all the bells on earth did ring, ’Welcome be Thou Heaven’s King, on Christ’s Sunday at morn !’

L’érable sycomore :
Comme j’étais assis sous un sycomore, regardant la mer, par un dimanche, jour du Christ, trois bateaux vinrent à passer, portant Jésus, Marie et Joseph. Marie chantait et toutes les cloches sur la terre sonnèrent ! Dans la joie de notre Seigneur qui était né, ils voguèrent vers Bethleem. St Michel tenait la barre et St Jean la « trompe » sonore qui résonnait sur toute la terre ; bienvenue à toi, Roi du Ciel, en ce dimanche, Jour du Christ !

The sycamore tree

Merci Jeanne pour les traductions !
Pour bénéficier des fichiers midi pour chacun de ces chants.
Pour étudier les autres chants du concert ProMusica de l’été 2017 :
- paroles, traductions et liens vidéos
- fichiers midi

SPIP | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0